Aux sources de la PNL: Robert Wiener

Norbert Wiener est le nom du mathématicien définitivement relié à la cybernétique. Il est impossible d'évoquer les sources de la PNL sans citer ce génie précoce, scientifique avec un large spectre et un grand intérêt pour la philosophie et les sciences sociales. Sa création, la cybernétique, a imprégné la culture américaine et les débats des années '60 et '70 sur les systèmes, l'homme et la machine et l'information. Tant Grinder que Bandler baignaient et participaient activement à ces réflexions et le "P" de PNL n'est pas sans lien avec la cybernétique.

Né en 1894, Norbert Wiener est l'aîné des enfants de Leo Wiener, professeur de langues slaves à Harvard. Ses parents étaient "socialistes, humanistes et végétariens" (il est d'ailleurs resté végétarien toute sa vie, confie-t-il dans une entrevue radio des années '50).

Le génie

C'est un enfant en avance et surdoué. Il lit à un an et demi ou trois ans, selon les sources, et ses parents se chargèrent de son éducation jusqu'à l'âge de sept ans, mais à un rythme de forçat. La lecture de la majorité des livres de la maison le rend myope. Il cesse alors de lire pendant six mois. Enfance studieuse certes, enfance heureuse, on peut se poser la question.

En septembre 1906, à 11 ans, il entra à l'Université de Tufts pour étudier les mathématiques. Il est diplômé en 1909. Il entre à Harvard pour étudier la zoologie. En 1910,  il commence une licence de maths à l'Université de Tufts, puis retourne à Harvard. En 1912, il obtient son doctorat. C'est le plus jeune des "PhD" à Harvard.

Un homme éclectique

Il étudie à Cambridge (avec Bertrand Russell et Godfrey Harold Hardy), à Gottingen (avec Edmund Landau et David Hilbert), de nouveau à Cambridge, puis aux États-Unis. Il enseigne ensuite la philosophie à Harvard, travaille pour G.E. puis pour Encyclopedia Americana. Pendant la 2ème guerre mondiale, il travaille sur la balistique. Devenu professeur de mathématiques au M.I.T., il s'exerce brièvement au journalisme.

Son éclectisme est le fruit d'une recherche de fond alliant sciences pures, humanisme et philosophie. Sa citation l'illustre assez bien: "Un physicien moderne étudie la physique quantique les lundis, mercredis et vendredis et médite sur la théorie de la relativité générale les mardis, jeudis et samedis. Le dimanche, il prie... pour que quelqu'un trouve la corrélation entre les deux".

Naissance de la cybernétique

C'est en travaillant sur la lutte antiaérienne qu'il synthétisa sa théorie de la communication. C'est fin 1943, qu'avec Arturo Rosenblueth (physiologiste) et Julian Bigelow (ingénieur), ils proposent un système DCA qui peut prévoir les trajectoires. Avec la vitesse croissante des avions, il est devenu impossible de tirer à vue et il faut prévoir la position future de l'aéronef, tout en anticipant la réaction du pilote au tir. Cette recherche l'amène au concept de rétroaction (lorsque l'action d'un élément d'un système sur un autre entraîne en retour une réponse du second élément vers le premier). En 1943, les trois collègues publient le texte fondateur de la cybernétique "Behavoiur, Purpose and Teleology".

C'est à partir de 1948 qu'il développe la cybernétique ou science des systèmes autorégulés.

Norbert Wiener décède des suites d'une crise cardiaque le 18 mars 1964, lors d'un voyage à Stockholm.

Pour conclure cette présentation de la vie du fondateur de la cybernétique, voici une citation de Robert Lacroix qui résume bien la densité de son apport aux sciences en général et à la communication en particulier: "Nobert Wiener fut un savant d'une classe exceptionnelle... il a su cristalliser, dans un essai décisif, des courants qui existaient depuis des siècles en donnant un nom à leur convergence: cybernétique. Mais son oeuvre est aussi celle d'un créateur. Il a forgé une discipline nouvelle et découvert un élément fondamental de notre univers. Au même titre qu'un Freud ou qu'un Curie, c'est un des édificateurs du monde où nous vivons". (Léon Delpech, un créateur: Norbert Wiener, dans "Le dossier de la cybernétique: utopie ou science de demain dans le monde d'aujourd'hui", Paris, Marabout université, 1968).

Dans un second article, examinons quelques principes de base de la cybernétique qui intéressent le coach tant dans son action avec des particuliers qu'en entreprise avec des équipes.

La cybernétique, 5 apports fondamentaux à la communication

"Cybernetics: Control and Communication in the Animal and the Machine" pose les bases de la discipline. Présentée comme une "étude des analogies maîtrisées entre organismes et machines", elle a formalisé la notion de feedback et a des implications dans les domaines de l'ingénierie, des contrôles des systèmes, de l'informatique, la biologie, la philosophie, la sociologie, la politique, l'économie, la météorologie, etc., et bien sûr de la PNL.

Cet ouvrage connaîtra un grand succès. C'est en 1962 que paraît la traduction française sous le titre de Comportement, intention et téléologie. Les Études philosophiques, avril-juin 1962, No 2.

1. Cybernétique: le mot et l'intention

Wiener pense avoir forgé un mot nouveau. En fait, le terme existe depuis les Grecs et Ampère le cite dans la classification des sciences (la cybernétique = science du gouvernement). Rappelons aussi ce que Platon en pensait: "La cybernétique sauve des périls non seulement les âmes, mais aussi bien les vies que les richesses. C'est une science sage et modeste, elle ne se vante pas..." (Gorgias, 511).

Cyber vient du grec ancien Kubernan qui veut dire gouverner; le terme a aussi donné gouvernail. Il n'a pas de rapport direct avec son usage dans les termes comme cyberespace, cybercafé et cybercriminalité où il est synonyme d'Internet, d'espace numérique.

La définition donnée par Wiener est: "science du contrôle et des communications dans l'homme, l'animal et la machine". C'est avant tout un moyen de connaissance qui étudie l'information, sa structure et sa fonction dans les interactions systémiques. On en parle souvent comme de la science de la régulation dans et entre les systèmes.
  • Un système cybernétique est un ensemble d'éléments en interaction.
  • Les interactions sont des échanges de matière, d'énergie ou d'information.
  • Ces interactions entre les éléments donnent à l'ensemble des propriétés ce que ne possèdent pas les éléments pris séparément (le tout est supérieur à la somme des parties), c'est un des principes de la systémique.
On peut dire que le coaching est un système cybernétique conduisant à des échanges d'information et d'énergie psychique.

2. Communication

Tout comme la PNL, la cybernétique recherche et modélise des lois générales de la communication. La cybernétique distingue le message d'entrée (ou input) et celui de sortie (output). La science cybernétique s'intéresse fondamentalement aux comportements effectifs face aux entrées et aux sorties d'information.

3. Information

Sur ce sujet, la conception de Wiener est celle d'un physicien. Il décrit le schéma de communication avec un émetteur, un récepteur et le flux d'information:
  • L'émetteur est celui qui envoie l'information via une porte de sortie.
  • Le récepteur capte l'information émise, via une porte d'entrée.
  • Le flux d'information comprend ce qui est envoyé, ce qui est effectivement reçu (ou information utile) et le feedback.
L'information représente le degré de conformité du message transmis. En d'autres termes, l'information, c'est le plus petit commun dénominateur dans la communication.

En coaching PNL, la technique du méta-modèle permet d'élargir le dénominateur en demandant des rétroactions de clarification, tout en signifiant que l'information a été perçue à l'émetteur. Par exemple, "c'est toujours la même chose". "Ah oui, toujours?"

4. Feedback ou rétroaction

La rétroaction (ou feedback) est provoquée par l'action d'un élément sur un autre, ce qui entraîne en retour une réponse du deuxième élément vers le premier. Les deux éléments sont alors reliés par une boucle de rétroaction.

Il est important de bien comprendre que dans la "rétroaction" en communication interpersonnelle, la personne n'est pas une entité qui agit mais une entité communicante qui réagit. Ceci explique pourquoi Wiener a étudié dans un même cadre tous les comportements finalisés, tant des machines, que des animaux ou des humains. Il distingue toutefois les trois par la notion d'apprentissage.

Par exemple, dans le coaching le feedback a besoin d'être circonstanciel, clair et centré sur un point précis puisque le communiquant réagit à une émission d'information.

5. Apprentissage

L'animal est capable d'apprendre, il est toutefois vite limité par la pauvreté du langage. Par contre, l'homme comme la machine ont des potentiels d'apprentissage très ouverts et ce, plus ils maîtrisent les langages. L'humain développe son potentiel différemment car sensibilité, curiosité et morale (valeurs et croyances) interviennent dans le processus. La machine est dénuée des trois, sauf à lui inculquer des règles automatiques. En cela l'homme est singulier. Chacun de nous intègre la même information de manière différente et interagit de manière différente avec son milieu, même dans le cadre de processus sociaux clairs. Les machines ont besoin de règles claires et stables (même si les choses changent avec le "deep learning").

Norbert Wiener a certes conceptualisé et modélisé mais empreint d'humanisme, il a aussi lancé certains messages d'alerte qui font l'objet de l'article suivant.

Norbert Wiener, lanceur d'alertes avant l'heure!

Alerte 1: L'automation!

L'automation diffère de l'automatisation car elle concerne les activités intellectuelles de l'humain, l'automatisation concerne ses activités physiques.

L'automation générera du chômage de masse car la machine remplace l'homme partout où son activité intellectuelle est réduite à un acte réflexe répétitif. Wiener écrit: "Il est évident que la machine automatique produira une crise et un chômage en comparaison desquels les difficultés actuelles et même la crise économique de 1930-1936 paraîtront une bonne plaisanterie."

Alerte 2: Transfert Homme/Machine danger!

Le cerveau humain peut s'accommoder d'idées vagues tandis que l'ordinateur exige l'exactitude. En sus, seul l'humain agit avec la morale. Dans le transfert des activités vers la machine, l'homme ne doit pas abdiquer ni sa responsabilité ni l'affirmation d'une morale. "Transférer sa responsabilité à une machine, qu'elle soit capable ou non d'apprendre, c'est lancer sa responsabilité au vent pour la voir revenir portée par la tempête."

Pour aller plus loin: COUFFIGNAL, Louis, La cybernétique, Paris, PUF, 1963.


Philippe Collas
Vice-président

Accréditation
Nos articles

Accédez à votre compte

Vous n'êtes pas encore membre ? Devenez membre

J'ai oublié mon mot de passe | Soutien technique

  • Identifiant :
  • Mot de passe:
  •